FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

Rixensart, la perle du Brabant wallon


Château de Rixensart - 1330 Rixensart



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • © Jean-Pol Grandmont 12 October 2005

  • Catalogue Officiel des Timbres-Poste n°2265, série Solidarité-Les châteaux, 17 octobre 1987, dessin: Oscar Bonnevalle, gravure: Charles Leclercqz (Collection AdB)

  • Stella Artois, Année des Châteaux 14

  • © Jean-Pol Grandmont 12 October 2005

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy

  • © Philippe Farcy



Officieel Naam Château de Rixensart
Ligging 1330 Rixensart
Bouw 1631-1662
Stijl Renaissance
Architect
Huidige bewoners
Toewijzing Privéwoning & Bed&Breakfast in de Paviljoen
Bescherming

Laatste update : 07/09/2013


Le château des princes de Merode est un édifice majeur du patrimoine wallon. Il a été classé en 1964 puis de nouveau en 1993.

La parution récente du sixième tome des “Itinéraires du patrimoine wallon” nous donne l’occasion, enfin, d’aborder le château de Rixensart. Il s’agit de “La Route des Châteaux” écrite par François­Emmanuel de Wasseige, présentée à la presse justement à Rixensart. Trois pages sont consacrées à cette maison qui possède encore plus de 250 ha en diverses mains de la famille Merode. Le château se visite de manière régulière de Pâques au 30 septembre, sur rendez­vous et en groupe. C’est assez rare dans nos demeures privées, pour le signaler d’emblée. La literature sur Rixensart abonde et faute de place on vous le servira sur un plateau à dessert, question de le déguster avec parcimonie au coin du feu.

A Rixensart on sait qu’il y avait un donjon déjà au XIIIe siècle. Le domaine était un fief dépendant du duché de Brabant, ce qui semble une évidence. Il appartenait alors aux sires de Limal. Le bien entra dans le portefeuille des Marneffe sans que l’on sache comment, d’autant que cette famille était plutôt installée dans la région de Liège. Isabelle d’Ottignies hérita du bien et comme elle avait épousé un gentilhomme de la maison de Sombreffe, ces puissants seigneurs prirent Rixensart sous leur aile jusqu’en 1457. Les Virnembourg suivirent par la grâce d’un mariage mais s’en délestèrent dès 1536 en plaçant dans le panier Genval et la Pierre­sous­Bierge, à Eustache de Croÿ, évêque d’Arras. Celui­ci ne garda le bien que… trois jours. Il revendit le lot illico à son frère Adrien.

En 1586, Françoise de Renty, qui avait hérité de tout ceci par la grâce de son beau­père Jean de Croÿ, fit don par mariage de ses biens à Jean­Charles de Gavre, comte de Fresin, baron d’Inchy. Les Gavre seront à la base du changement partiel puis complet du château fort en maison de plaisance ressemblant presque à un cloître. L’aile nord fut la première à être modernisée en 1631 par le comte Pierre­Ernest de Gavre. Sa fille ayant épousé Philippe­Hippolyte Spinola, celui­ci s’occupa en 1648 d’ériger l’aile ouest. Puis il assuma en 1660 et 1662 les deux ailes manquantes pour clore la cour carrée et la garnir d’une suite superbe de passages couverts sous arcades qui n’a guère d’équivalent dans nos contrées. Tout ceci fut érigé en briques et pierres blanches sur une terrasse importante; mais la demeure resta privée de fondations. Cela allait au XXe siècle procurer des cheveux blancs aux occupants du château dont les murs manquèrent d’appuis. Les fêlures sont nombreuses. Le fils d’Hippolyte, Philippe­Charles Spinola, dut faire face à bien des soucis car dès 1668 puis en 1678, le château fut partiellement incendié. Il fallut tout refaire ou presque et sous Yacinthe Spinola on en profita pour liquider le donjon subsistant et utiliser l’espace gagné pour installer l’église castrale placée sur la butte. C’était en 1711.

Un peu plus tard Yacinthe allait tomber sous les balles du maréchal de Villars, à la bataille de Douai. En 1715, Rixensart passa à sa cousine la comtesse Marie-­Nicole de Merode, puis à la sœur de celle­ci qui avait épousé un sien cousin, Merode de la branche de Montfort. Pour faire simple, les Merode y sont toujours.



SOURCES:
Philippe Farcy, Rixensart, la perle du Brabant wallon, Vie de Château 650, La Libre Belgique, 20 décembre 2012