FR - NL - EN
HOME AGENDA CONTACTEER ONS FAQ VERBINDING KASTEELHEREN

L'élégance campagnarde de Fologne


Kasteel van Veulen - 3870 Veulen (Heers)



Contacteren

Kategorie : Informatie Business Evenementen
Voornaam
Naam
E-mail
Telefoon
Gelieve CASTLE te herschrijven hieronder:

  • www.veulen.be 2003.

  • www.veulen.be.

  • www.veulen.be 2003.

  • © Philippe Farcy



Officieel Naam Kasteel van Veulen
Ligging 3870 Veulen (Heers)
Bouw 1669 tot 1747; restauratie 2001-2009
Stijl Renaissance en barok
Architect
Huidige bewoners
Toewijzing
Bescherming Beschermd op 23 juni 1960

Laatste update : 07/09/2013


Une des perles de l’âge baroque liégeois se trouve au Limbourg


Cette bâtisse castrale est une des plus raffinées de l’actuelle province du Limbourg. Cela justifia son classement dès le 23 juin 1960 comme monument, avec une extension au site. Lors de son édification, comprise d’après les dalles armoriées entre 1669 et 1747, Fologne ou Veulen en flamand, était évidemment une terre liégeoise. La disposition de cette maison tient compte, comme au château de Betho, de son voisinage immédiat avec les bâtiments de la ferme. La façade nord donne sur la cour. Les façades sud et est sont exposées sur le parc de 20 hectares planté de très beaux bouquets d’arbres. Les façades donnant sur l’ouest sont consacrées partiellement à l’usage agricole.


Maison de plaisance

Fologne conserve son caractère de plaisance et dut être une résidence d’été enviable. Joseph-André de Donnéa acquit le domaine en 1809. Avant les Donnéa, on sait par les écrits des de Seyn, Poumon, Poswick et Pimodan, que le domaine de Fologne - s’il ne connut une grande histoire - suscita toujours de l’attrait. Fief impérial, Fologne fut cédé en 1219 aux ducs de Brabant. En suite de quoi les terres furent jointes à la vicomté de Looz et placées dans les mains de la famille de Gutschoven. En 1452, une de leurs descendantes, Jeanne van der Aa, les transmit aux comtes de Merode. Les Merode, alors propriétaires du château d’Argenteau, y demeurèrent jusqu’au mariage d’une de leurs filles, Jeanne, avec Guillaume de Berlo, seigneur de Keerbergen.


Des Berlo, le bien passa à Florent d’Argenteau avant d’être transmis par le dernier de cette branche (Robert-Ernest) à un sien cousin, le comte Claude-Florimond de Mercy, feld-maréchal. Il fut tué à la bataille de Parme. Le maréchal avait adopté juste à temps (1723) Antoine-Ignace-Charles d’Argenteau, seigneur de Méhaigne. Ce dernier était le père de Florimond-Claude de Mercy Argenteau, ambassadeur d’Autriche à Paris puis à Londres, où il décéda en 1794. Florimond-Claude naquit en 1727 des oeuvres de son père et d’Henriette de Rouveroy. L’ambassadeur s’en alla au paradis sans héritier, comme propriétaire des châteaux de Barse, Vierset et Ochain, ce qui voisinait avec les 10.000 hectares de terres. Il donna son château de Fologne à son neveu, François, comte de Mercy-Argenteau.


Les Donnéa, maîtres de forges

Celui-ci décéda à son tour sans hoir. Il avait épousé la fille du prince Paar et de la princesse Marie-Antoinette de Liechtenstein. Dès lors, avant le grand départ, il vendit Fologne au chevalier Joseph-André de Donnéa, maître de forges, qui résidait place Saint-Jean à Liège. La demeure castrale est composée d’une seule aile de deux niveaux. Ceux-ci posent sur un soubassement de pierre bleue et sont placés sous une bâtière d’ardoises à croupe. L’aile est inscrite entre deux tours d’angle engagées. Les tours sont composées de trois niveaux, ouvrant par trois baies au sud et deux baies aux retours est-ouest. Ils sont superposés sous une toiture mansardée sommée de bulbes.

Le corps central est éclairé par treize travées en ce compris le portail central à linteau courbe à clé. Lui, il est limité par deux pilastres à refends dont les chapiteaux sont reliés par un larmier en forme de corniche; il crée une séparation avec la partie haute où l’on trouve les superbes armes des Mercy entre deux baies verticales. Les baies illuminent la chapelle. Neuf lucarnes à croupe complètent le décor de cette façade de briques enduite au sang de bœuf et animée de pierre bleue aux encadrements des baies et aux chaînages des angles. On remarquera que les trois dernières baies à droite plus celle des niveaux 1 et 3 de la tour est sont ornées de croisées.


On ne visite pas. Le château se voit de la rue.



CHRONOLOGIE (adaptée de www.veulen.be):

Abraham de Looz, dit de Waroux, seigneur de Voelne (Veulen/Fologne), c1351;
Jan (I) van/de Gutschoven aussi nommé Jan van Goetsenhoven ou Jean de Gutscoven, chevalier, seigneur de Voelne (Veulen/Fologne), vicomte de Looz, +1376, époux de:
Elisabeth de Looz/van Loon, dame de Voelne (Veulen/Fologne) 1376-1387, +1387;
Jan (II) van/de Gutschoven aussi nommé Jan van Goetsenhoven ou Jean de Gutscoven, seigneur de Voelne (Veulen/Fologne);
Jan (III) van/de Gutschoven aussi nommé Jan van Goetsenhoven ou Jean de Gutscoven, chevalier, seigneur de Voelen (Veulen/Fologne), vicomte de Looz, +1450.

En 1454, le duc de Brabant (Philippe le Bon, duc de Bourgogne) donne la seigneurie de Voellen (Veulen/Fologne) en prêt à :
Jeanne van der Aa de Randerode aussi nommée van der Aa de Randeraedt, dame de Voellen (Veulen/Fologne), °c1433, +1493 (inhumée à l’église de Veulen/Fologne), épouse en 1454/5:
Quillaume/Willem de/van Merode, écuyer, seigneur de Voellen (Veulen/Fologne) et de Duffel, vicomte de Looz, °1428, +1483 (inhumé à l’église de Veulen/Fologne)
Quillaume/Willem de/van Merode, seigneur de Voellen (Veulen/Fologne) et de Gutschoven,  avoué de Duffel, vicomte de Looz, °1460, +1525 (inhumé à Veulen/Fologne), époux de  Catharina de Bauw (inhumée à Veulen/Fologne);
Henri de Merode, seigneur de Voellen (Veulen/Fologne), Momalle, Braives et Riddersherck, vicomte de Looz, °1490, +1557;
Quillaume de Merode, seigneur de Voellen (Veulen/Fologne) et de Ciplet, vicomte de Looz, +1569, frère de:
Jeanne de Merode, dame de Veulen/Fologne, °1535, +1572, épouse de:
Quillaume de Berlo, seigneur de Veulen/Fologne et de Keersbergen, vicomte de Looz;
Jean de Berlo, seigneur de Veulen/Fologne, Braives, Ciplet, Sclessin et Keersbergen, vicomte de Looz, +1599, époux de Marie d'Argenteau, tante de :
Florent d'Argenteau, seigneur de Veulen/Fologne, Sterpignies, Braives, Ciplet, Momalle et Herck, vicomte de Looz, +1637;
Jean François d'Argenteau, seigneur de Veulen/Fologne, Momalle, Riddersherck, Noville, Braives et Ciplet, vicomte de Looz, +1672;
Henri François, baron d'Argenteau, seigneur de Veulen/Fologne et de Braives, °1637, +1675?;
Robert-Ernest, baron d'Argenteau, seigneur de Veulen/Fologne et de Braives, +1690, grand-oncle de:
Claude Florimond, comte de Mercy, seigneur de Veulen/Fologne, °1666, +1734, en 1712 vend le château à:
Philippe Balthasar, baron de Villers, seigneur de Veulen/Fologne et Orp-le-Grand.

En 1735 le château revient au fils adoptif de Claude Florimond:
Antoine Ignace Charles Auguste (comte de Mercy) d'Argenteau, seigneur de Veulen/Fologne, °1692, +1767, père de:
Florimond-Claude, comte de Mercy d’Argenteau, seigneur de Veulen/Fologne, ministre plénipotentiaire de l'empereur à Turin, à Saint-Petersbourg et à Paris (1766) où il intervint pour le mariage du roi Louis XVI avec Marie-Antoinette, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens 1792, ambassadeur à Londres 1794, °1727, +1794, oncle du:
Comte (François) de Mercy-Argenteau, chambellan de l’empereur Napoléon, ministre plénipotentiaire à la Cour de Bavière, grand chambellan du roi des Pays-Bas, gouverneur du Brabant, °1780, +1869.

En 1809 le château est vendu au:
Chevalier (Joseph André) de Donnea, °1772, +1836, frère du :
Chevalier (Charles) de Donnea, °1776, +1857, père du :
Chevalier (Alexis) de Donnea, °1811, +1880, père du :
Chevalier (Alfred) de Donnea, °1839, +1909, père du :
Chevalier (Fernand) de Donnea, bourgmestre de Fologne, °1867, +1949, père du :
Chevalier (André) de Donnea, échevin de Fologne, °1894, +1967, père du :
Chevalier (François) de Donnea de Fologne, vend le château en 2001, °1926.


SOURCES:
Philippe Farcy, 100 châteaux de Belgique connus et méconnus, volume 1, Editions Aparté 2002

Denise de Donnea, Les Donnea, maîtres de forges et négociants en fer au pays de Liège aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Recueil XXVI, Office Généalogique et Héraldique de Belgique, Bruxelles, décembre 1978

Léon Naveau, Sceau matrice de Marie d'Argenteau, vicomtesse de Looz 1605-1629, in Revue belge de numismatique et de sigillographie, Bruxelles 1909 www.numisbel.be/1909_17.pdf